DSCF6812Interview & gastronomie ?

 .

.

Sepiola_atlanticaSépiola-Atlantica !

 

Je vais donc vous exposer le point de vue de Monsieur Roger Hairabedian, alias Big Roger, sur le poker d’aujourd’hui en France et sur la jeune génération-poker. Une interview simple, authentique et des réponses criantes de vérité ! Un constat navrant de vérités vécues.

 

______________________________

 

 

big

 

 

Je vais donc vous livrer mon réel sentiment par rapport aux difficultés rencontrées par les jeunes, liées le plus souvent à une pléthore de facteurs collatéraux. Bien sûr, je peux vous sembler parfois  ironique ou moqueur envers eux… Galéjades ! C’est mon plaisir de taquiner certains jeunes (qui parfois, le cherchent un peu du reste 😉 ). En revanche, pour redevenir sérieux, c’est un véritable exploit de pouvoir survivre aujourd’hui dans le poker en France. Et je ne parle pas d’en vivre ! En cela,  je les admire.

J’aime le titre de ton article parce que ces jeunes talents crèvent de talent, dans le sens où ils en sont perclus. Et que les lois et le système français actuels, les fait aussi mourir à petit feu. Voilà, c’est dit, on peut commencer l’ITW.

Roger.

 

 

bigrog'Juste un mot pour vous dire que cet article de fond n’est pas fait pour être lu sur des IPhone voire des tablettes. A la maison, sur grand écran, ce serait largement mieux. Moi-même n’y parviens plus sans lunettes…

smiley a lunettes

 

J-Luk. Tout d’abord merci d’avoir choisi Tablerase.fr pour te livrer, et cette fois, très sérieusement. Puis-je te demander le pourquoi de ce revirement ? Tu es connu pour rigoler entre deux parties, pour animer ta page Facebook de blagues incessantes sur tout et sur tous, pour titiller untel ou unetelle… Pourquoi ce sérieux soudain ?

big5BRH. « Tu sais aujourd’hui, que sous mes allures faussement désinvoltes, derrière mes statuts ou posts apparemment simplistes et bébêtes, il y a toujours une finalité. Nous avons appris à nous découvrir l’un et l’autre et tu me connais mieux aujourd’hui. Et inversement. Par conséquent je voudrais livrer avec toi, (nous avons la même approche), mon sentiment aux jeunes joueurs qui me suivent et qui souvent, ne prennent pas parti sur mon mur. Aux autres aussi, bien entendu. La finalité de ces statuts que je fais passer depuis plusieurs mois, je vais donc vous la dévoiler : c’est un peu comme une « morale » à la fin d’une fable. Un peu comme la chute, plus ou moins drôle, d’une histoire vraie. Un peu aussi comme un enseignement qu’un frère ainé pourrait livrer à ses cadets. En toute amitié et surtout, en toute humilité. »

« Dis-nous tout ? »

BRH. « Toute première chose : lorsqu’il m’est arrivé de plaisanter avec des jeunes talents français (et là, je ne me moque pas ; c’est clair et net dans ma tête depuis longtemps), de les houspiller, de les remuer, de les critiquer… j’aimerais que tes lecteurs sachent que ces jeunes talents français donc, je les admire sincèrement. Leur méthodologie, leur fougue, leur engouement en font pour moi, (le livetard comme ils disent), des adversaires coriaces et surtout pleins d’avenir ! Ce « machin » qui est derrière nous !  A cet égard, j’aime particulièrement nos vieux dictons car ils s’appliquent à la vie de tous les jours et sont souvent très réels : (qui aime bien, châtie bien est un excellent exemple en cette occurrence !) »

 

JLuk. « T’as des défauts qui n’en a pas, changer c’est pas toujours facile… »

Ça te dit quelque chose ?

 

.

big chut
 BRH. Bien sûr ! Charles Aznavour ! D’ailleurs, je vais sans doute le rencontrer grâce à un ami et je parlerai arménien avec lui. De même que j’espère bien aller à Monticello avec toi, pour y faire la connaissance de Jacques Dutronc. Ce sont des personnages qui ne sont pas dans la norme et c’est ce que j’aime chez eux. Moi-même, pour en revenir à ta question, je suis comme chacun le sait et aime à me le rappeler, un personnage atypique. C’est peut être pour cela que je n’ai jamais eu de contrat mirobolant avec des rooms « classiques ». Je l’ouvre en effet quand il ne le faut pas et c’est souvent un faux pas pour jouer avec les mots ! Peu importe, personne ne m’empêchera de dire ce que je pense alors oui, pour ta question, j’ai des défauts et la vie est loin d’être facile. Ce qui nous fait revenir à nos moutons...

 

JLB. Roger, Las Vegas, le rêve américain, les millions de dollars, qu’en penses-tu sans exagération, sans vouloir décourager qui que ce soit ?

.

BRH. « C’est comme tu le dis : un rêve. Alors vaut-il la peine d’être vécu ? Mon pauvre ami, j’ai bien envie de te dire malgré tout, oui ! Mais pas à n’importe quel prix. Quand j’étais jeune, sans famille à nourrir, sans responsabilités, j’aurais pu moi aussi le faire si j’avais aimé le poker. Certains ne regrettent pas d’y être allés (Antoine Saout et d’autres), mais très peu ont su épargner. Combien de jeunes s’y sont cassés les dents ? Tu arrives là bas, malheureux, un peu comme un faisan d’élevage au milieu d’une compagnies de Marines sur-entrainés, tu vois le carnage? Je pense que nos jeunes oublient (et ce n’est pas de leur faute) qu’ils sont au pays du poker!

 

gratte ciel

 

Ce n’était pas notre culture 15 ans en arrière ! Les frenchies arrivent là-bas en conquérants et ils tombent dans des embuscades qui sont tendues depuis des décennies ! Nous ne sommes pas aguerris, nous sommes mal armés, voilà le fond du problème. Le savoir-faire de nos jeunes talents n’y pourra rien : sur le moyen terme je parle ! Et 3 mois à Végas, c’est long et c’est suffisant pour s’y faire hacher menu ! C’est un peu comme si vous vouliez intégrer Harvard ou Berkeley sans être passé par la communale ! Non, j’ai toujours l’impression en voyant nos joueurs débarquer à Végas ou ailleurs, qu’on les envoie comme éclaireurs ou fantassins… J’ai toujours à l’esprit que ces gosses sont sacrifiés et que les années suivantes, il y en aura d’autres. Il y en a toujours d’autres… Mais il n’y a qu’un Napoléon. Il est passé au travers des balles sur tous les fronts. Et il est devenu Napoléon 1er. Un main event de 8000 joueurs ? Mais c’est pareil qu’un Loto. Je dois même dire que je préfèrerais faire 5000 combinaisons simples à 2 € que de faire le main event.

.

big101. Les jeunes qui y vont sont livrés à eux-même et n’ont pas la chance (faute d’encadrement) de jouer dans les meilleures conditions. (Non-accompagnement des rooms ou mauvaise assistance financière, pas de mise en condition, en confiance, ni même de simples entrainements physiques ou mentaux).
2. Les autres, les 80% restant, sont globalement des quadras ou quinquas qui ont femme, enfants, travail et qui s’autodétruisent. Pour 80% d’entre eux. Encore 80%. J’adore cette Loi des 80/20. Elle s’applique à tout en ce bas monde. J’aime bien les stats, pas forcément au poker (quoique) mais surtout en terme d’analyse de bilan financier ».
.
.

« Alors pour répondre simplement,

quand on lit un bilan,

il ne faut pas se tromper de colonne ».

.

JLB. Certains disent que toi (et moi ?) sommes toujours à vanner les jeunes joueurs. Allez, avoue-le que tu es jaloux de leurs résultats, de leur jeunesse, voire de leurs contrats ? 😉
BRH. « MDR comme ils disent ! Comme tu le rappelais hier encore, qui aime bien châtie bien… Plus ils sont piqués au vif, plus ils s’endurcissent. Je ne suis pas leur père ou leur frère aîné, mais quelque part, je suis néanmoins leur camarade de jeu. Même si je suis malheureusement l’aîné ! Citer des jeunes talents ? Non, je ne le ferai pas car [elles et ils] sont trop nombreux. Et pourquoi nommer l’un(e) plutôt que l’autre ? A cet égard, quoiqu’on en dise, la Maison du Bluff n’est pas forcément une mauvaise école. C’est un creuset où l’on peut trouver de jeunes talents, lesquels ne demanderaient qu’à éclore et s’épanouir, si seulement ils étaient cultivés, fertilisés plus longtemps.
J’ai repéré certain(e)s d’entre eux d’ailleurs, sans avoir eu à ce jour l’occasion de leur parler. Ils allient à la fois l’espoir de devenir de très bons joueurs et les qualités majeures des grands sportifs : respect de l’autre, fair-play, mentalité. Leur problème, c’est un peu comme ces chanteurs qui ne font qu’un succès ! On ne leur donne pas toujours les moyens d’aller plus loin ! Regarde par exemple : (Roger cherche un nom au hasard) Alexander Stevic : je l’ai vu gagner l’EPT Barcelone en 2004. J’étais déjà son aîné, largement, mais je le voyais comme un champion. Je me disais : « Quelle carrière il va faire ce joueur ! ». En fait, il a été 3 ème de l’EPT Monte Carlo l’année suivante, puis… il a disparu ! Entre 2005 et 2015, il a 10 maigres lignes HendonMob. Que s’est-il passé après ses deux perfs où il a engrangé 260 K$ ? Il y en a beaucoup de joueurs comme cela. Vous en connaissez tous ! Il suffit de feuilleter des magazines poker depuis 10 ans, vous verrez des noms qui faisaient la Une et qui sont aux abonnés absents ! Pourquoi ? D’une manière générale, les rakes, les impôts sont trop élevés et rien n’est fait pour aider les jeunes. Voilà pourquoi je rigole toujours quand on me traite de livetard : ce qui compte dans le poker, c’est la longévité ! Alors ceux qui me surnomment gentiment le Phoenix ont raison ! Il n’est pas encore né celui qui parviendra à me noyer 😀 
Comme le disait Doyle Brunson, notre aîné à tous : « Je continue à apprendre chaque jour ! ». Alors vous pensez, comment un jeune de 22 ans peut-il dire qu’il connait tout et va manger tout cru Las Vegas ? « Open your mind » certes, mais soyons réalistes ! Entre le rêve, qui porte haut tous les espoirs de ces joueurs, et les réalités économiques, qui les font descendre le plus bas possible, il y a un gouffre abyssal dans lequel les jeunes talents sont engloutis au fur et à mesure. Une fois abîmés dans ce puits sans fond, ils n’en ressortent pratiquement jamais ».

.

big think

 

big glassesUNE CERTAINE VISION DU POKER

 

.

.

« Roger : et le fric au poker ? » dollar

.

BRH. « L’argent, c’est la base de tout. En France, c’est presque devenu tabou. En Orient (Moyen et Extrême) comme en Afrique du Nord, c’est complétement différent. La convivialité, la reconnaissance, la gentillesse sont des vertus cultivées au berceau là-bas ! Quand je vais à Chypre ou à Istambul, je m’aperçois que l’Europe est dépassée. Le poker-tourisme est presque une institution alors que nous, en France, il y a tout un tas de règles édictées à la hâte, qui rendent impossibles les choses les plus simples.
déjeuner citrusSouvenez-vous tous d’une chose essentielle. L’argent que vous gagnez au poker n’est pas le même argent que celui que vous gagnez à la sueur de votre front.
L’argent gagné au poker a tendance à vous filer entre les doigts. Je la connais particulièrement bien cette musique. Les sorties, le Champagne, les grands restos, les nouveaux copain(ine)s… L’argent file entre vos doigts. Tandis que lorsque vous l’avez gagné durement, vous êtes plus économes. J’ai eu la chance d’avoir une femme exceptionnelle, (à gauche ci-dessus), qui ne s’est jamais laissée étourdir par ce qu’on appelle le sophisme de l’éphémère*. Il y a des règles immuables desquelles tout joueur de poker ne doit jamais déroger. Argent gagné = 1/3 futurs buy in, 1/3 frais de fonctionnement, 1/3 de côté pour bâtir, investir et mettre votre famille à l’abri. Ne l’oubliez jamais.

* Sophisme de l’éphémère. Le fait de croire que la beauté, la richesse, la jeunesse sont des qualités intrinsèques qui durent toute la vie. C’est se tromper soi-même…

Pourquoi j’utilise toujours cette expression de « joueur en pyjama » ? Parce que certains d’entre vous rêvent debout. On dirait qu’ils n’ont pas fini leur nuit. Le poker n’est pas un métier. C’est une passion. Et en France, les « clients » sont moins nombreux qu’aux USA. J’ai vu au Commerce à Los Angeles, des salles de 300 tables de cash game. Là-bas, vous faites une table, vous prenez 20k$ et vous allez vous asseoir à une autre table… Ce que vous ne verrez jamais en France.

wsope– Alors Roger… Quel avenir pour les jeunes joueurs ?

BRH. « Je suis peiné de le dire, mais l’avenir est sombre. Entre la fiscalité, les mentalités, le manque d’encadrement fédératif et autres, je plains ces jeunes talents qui auraient fait très mal il y a encore 15 ans. Que veux-tu ? Les new bizz sont mal vus en France. Regarde les Über et autres modèles économiques ! Le point 0 d’un joueur de poker moyen doit se situer à 10 000 euros/mois. 6 heures de cash game par jour, 30€ de l’heure. Cela doit vous permettre de réinvestir, de vivre et d’épargner. Et je ne parle ni des séries noires, ni de cette maudite variance !!

Les parents ne remplissent-ils plus leur rôle ?

BRH. Là réside un problème qui va au delà du poker. On a connu les mutations technologiques tout au long du XX ème siècle. Aujourd’hui, mon analyse (qui est partagée pas tous les gens sérieux que je rencontre au fil de mes tournées), mon analyse donc est que nous vivons une mutation économico-familiale. Rassurez-vous, je ne m’éloigne pas du poker : en quoi cette évolution, cette « presque révolution sociale » touche-t-elle le poker ? En fait, elle touche la société dans son ensemble, jusques et y compris le poker ! Ouvrons les yeux ensemble avec un exemple connu de chacun : Jacques Dutronc a écrit dans ses bons mots et citations, « Le mariage a été créé à une époque où la durée de vie moyenne des hommes était 35 ans ». Cette institution peut donc être parfois considérée sinon comme désuète, du moins comme surannée, pas vrai ? Hé bien regardons aujourd’hui la durée de vie des hommes et des femmes : nous arrivons à des âges tout à fait étonnants de 85 à 90 ans ! Cela touche bien sûr les retraites, mais cela change surtout la donne au niveau de la passation des liquidités entre pères et fils. En 1920, les hommes sensés de 60 ans commençaient à donner de leur vivant aux enfants, des sommes d’argent économisées toute leur vie.
dutroncC’était normal. Aujourd’hui, pourquoi les anciens de 75 ou 80 ans ne le font plus ? Parce qu’ils n’ont plus confiance dans l’aptitude de leurs enfants à monter un business pérenne. On ne parle là ni de respect, ni d’amour, ni de confiance humaine. Les anciens gardent plus longtemps leurs économies parce que la vie est devenue trop dure, les technologies sont devenues trop aléatoires, obsolète avant d’être amorties. Et les progrès de la science font que nos parents se demandent s’ils ne seront pas encore là à 100 ans. Ils ne comptent plus sur les systèmes sociaux. Ils sont en plus d’une époque où on se débrouillait seuls, sans Sécu, sans congés payés etc… Cette génération que nombre de jeunes, de forties et de sixties vit en 2015, est catastrophique. Les liquidités restent épargnées par prudence et sagesse, les jeunes n’osent plus monter un new business, les banquiers n’ont plus de délégations suffisantes pour prêter au feeling, ils ont besoins de comités « parapluie » pour assurer leurs arrières, si bien que plus rien ne bouge. Plus de moves au poker = dead monney ? Hé bien dans la vraie vie, c’est pareil. Tout cet argent de vos parents, de vos grand-parents et arrière-grands-parents est gelé. Il ne vous aidera peut être que lorsque vous aurez 80 ans ? C’est mon analyse… Alors oui, je plains les jeunes du poker et d’ailleurs, ils ne sont pas sortis de l’auberge ! »

 _________________________________

JLB. J’ai envie de te demander maintenant, quel avenir pour les sixties ?
BRH. Tu fais bien, c’est une bonne question, je vais te le prouver ! On a tellement vu de saloperies dans ce monde comme des enfants qui mettaient leurs parents à l’hôpital après les avoir dépouillés, qu’il y a une certaine méfiance de ceux-ci à se départir volontairement de leurs économies. Mais si cela engendre de l’argent mort, en revanche souvenez-vous d’une chose : aujourd’hui en 2015, à 60 ans on peut très bien redémarrer une troisième vie. Les personnes de 60 ou 70 ans ne sont pas ramollies du cerveau et en plus, ils ont le pouvoir d’achat ! Alors messieurs les stratèges des rooms de poker, changez peut être votre fusil d’épaule ? Votre cible est vieillissante, certes, mais elle est en retraite active. Organisez des croisières poker, que sais-je encore ? Les anciens recherchent des activités-loisirs. Le poker tourisme en est une. Et l’on verra de plus en plus souvent des livetards battre en HU des gosses de 25 ans qui pensent tout savoir 😉

________________________________

 

JLB. « Difficulté intrinsèque du jeu, difficultés dans le monde lié au poker, difficulté à décrocher des bracelets ? De quoi manquent les jeunes aujourd’hui ? »
BRH. Une chose est certaine, ils ne manquent pas de talent, ni de volonté. Ils manquent surtout d’accompagnement, de conseils avisés, de modèles économiques, d’un travail fiable à côté, de diversification de leurs activités et pour quelques uns, de fair-play. De plus, on ne les aide pas assez. Tu me demandais tout à l’heure si je suis un mécène ? Non, pas du tout. Mais je suis un homme qui a du cœur, j’aime aider mon prochain quand je le peux. Attention, j’étais dans les affaires avant d’être dans le poker ! Il est logique (sauf cas exceptionnel), d’attendre un retour sur investissement. Dans le cas où il y a une performance bien sûr. La seule chose que je ne supporte pas, c’est le reniement et la trahison. Je donne ma confiance assez facilement, mais quand on me trahit, il y a forcément un retour de bâton.

 

vengeanc« il y a forcément un retour de bâton »

 

Le Fair-Play est une chose qui ne peut pas vraiment s’acquérir, je le reconnais. C’est une question d’éducation ou c’est dans les gènes, je n’en sais rien… Mais au minimum, la politesse est de rigueur en société (ou même sur les réseaux sociaux puisque ce média est devenu une espèce de vie parallèle, où chacun se retrouve tous les jours). Politesse, respect de l’autre, même si l’on n’est pas d’accord. Quand je vois et entends les cris lors de certaines TF, voire certains HU entre certains français et des étrangers… J’ai honte d’appartenir à notre pays ! Et ne me dites pas : « Il faut que jeunesse se passe… » c’est une excuse éculée. On se croirait sur un champ de foire.
Ce que j’ai remarqué cependant (chez ces gens là, monsieur, 😉 ) c’est que la politesse, l’humilité et un certain savoir-vivre, sont des notions dont ils parviennent néanmoins à se souvenir soudainement… quand ils ont tout perdu ! Ce qui prouve bien que l’argent du poker brouille la tête, les idées et les mots, que certains utilisent sur FB… 😉

 

filles-maillots

 

– Tu as souvent eu de jolies jeunes femmes dans ta Team Ladies : est-ce un argument de vente ou ne sont-elles des « produits marketing » ?

BRH. Parler de ma Team Ladies en terme de « produit » ne me plait pas. On reconnait bien là ton ancien métier de « pubeur » ! En fait, engager des jeunes femmes charmantes et qui savent pousser les jetons, est un deal assez agréable. Mais c’est toujours donnant-donnant, dans le respect des accords passés. On finance les tournois et l’hôtellerie, elle nous apportent en échange leur grâce, leur beauté et leur fraicheur. Je gère une room live exactement comme je managerais une discothèque branchée. La beauté entraine le charme et l’élégance, comme l’argent attire l’argent. C’est un accord commercial gagnant-gagnant. Le problème du poker est qu’il n’y a pas assez de jeunesse féminine. Et si l’engouement pour le poker peut déraper en plus, sur des échanges conviviaux, des sorties, un partage de point de vues et un rapprochement avec les populations locales, je suis pour. Et je crois que personne ne s’en plaint.

 

fourireUn fou rire dont nous ne saurons jamais rien. M. Cédric Billot, patron des différents « poker séries » PS.

 

________________________________

JLB. Je viens d’apprendre que notre déjeuner avec Alexis et ton entretien avec Cédric Billot avaient porté leurs fruits ?

logo pokerstars-1RBH. Effectivement : le fait que le GCM soit le seul établissement marocain, le seul casino habilité à représenter la première room mondiale (PokerStars) en termes de qualifications et satellites live (pour les FPS et désormais pour les EPT Barcelone) est une première. Que deux établissements de premier ordre se donnent la main : rien d’étonnant me direz-vous ? Certainement, mais le travail accompli et surtout le travail à venir sont énormes. Et de cette synergie naîtra d’autres deals, j’en suis certain.

__________________________________

JLB. Une recette pour ta longévité en guise de conseil amical pour les jeunes ??

BRH. Oui, j’ai la une recette. Mais personne ne l’appliquera, je le sais. Les conseils n’ont jamais servi à qui que ce soit. Sinon à celui qui les donne, car il peut dire a posteriori : « Je te l’avais dit ». Mais ça, c’est loin d’être drôle. Je vais te les dire quand même : 3 choses indispensables au succès de la vie d’un joueur.

.

big family– Une famille soudée dans un amour et un respect mutuels.

– Une gestion de bankroll par une épouse fiable, qui sécurise une épargne familiale.

– Avoir plusieurs cordes à son arc.

.

Mme Bauchet
« En tout état de cause, je n’oublierai jamais la confiance aveugle que m’avait accordée Mme Bauchet, confiance qui m’a permis de mettre toutes mes idées visionnaires en application, nous conduisant ainsi au succès que le monde du poker connait : « La destination Marrakech » avec ses deux casinos internationalement connus et reconnus !  »
J’en profite pour remercier également le GCM (Grand Casino Mamounia) de leur confiance. Ils m’ont confié le consulting et l’animation de leur superbe poker-room.
Cette confiance me permet déjà et me permettra demain encore, un développement vers des horizons nouveaux, avec une ambition internationale très forte. Merci à Marc Gea Gregori. Cette destination de poker-tourisme Marrakech est magique. Cette destination et cette passion, que je considère comme un sport à part entière comme le golf, sont en passe de transformer Marrakech en l’une des destinations phares du poker tourisme mondial. Je tiens à remercier mes 3 lieutenants, mes 3 associés dans le travail, en les personnes de mes fils. Et s’ils sont actionnaires de mes sociétés, c’est qu’ils l’ont mérité. J’avoue humblement que sans eux, sans mon épouse fidèle et attentive, jamais je n’aurais réalisé ces exploits. Je suis tellement fier d’eux ! Comment ne pas citer aussi mes amis fidèles, Karim Brenner, les collaborateurs de l’ombre, mais tellement efficaces, et… toi désormais ! Que j’ai connu bien trop tard à mon goût.
DSCF6811Karim et Roger

.

Tel que tu me vois, je joue très souvent lors de mes déplacement. Oui, mais j’ai diversifié mes activités. Avant de venir au poker, j’ai eu plusieurs affaires. Ces expériences me servent aujourd’hui pour développer hôtellerie, restauration, organisation de tournois, consulting pour le GCM auprès de casinos étrangers. Et quelques autres choses encore. Jouer est une passion, mais j’ai plusieurs métiers à côté ! Parce que j’ai toujours travaillé et entrepris ! Bon courage à tous les joueurs, jeunes et moins jeunes. Ma Messagerie Perso (MP) vous est toujours ouverte pour des conseils ou au contraire, vos avis. Merci de votre lecture attentive. Merci du coup de plume JL… Roger!

 

Quelques bons mots signés Roger, pour conclure :

 

proverbe corrigé