triolet de marsoins

Marketing, communication et poker…

 

Humour, éditoriaux et poker… Cocktail savamment dosé d’aigre-doux. Second degré et Numéro 1 obligent, nous avons beaucoup d’adversaires. D’amis aussi. Nous remercions les deux car ils confortent aimablement notre place en terme de vues et de lectorat pur.

L’éditorialiste, autrefois appelé billettiste, est la personne qui écrit et qui est chargée d’exprimer sa propre position. Ou celle d’autrui. Ce que nous faisons sans a priori. « Il peut adopter un ton personnel et se montrer critique, à la différence des autres rédacteurs ou journalistes, qui doivent appliquer les principes de neutralité et d’objectivité ».

J’ai créé ce mot humorialiste. Il définit notre état d’esprit ! Polémique et humour. Moqueries et rhétorique. Quant à la novation, ce sont tous les joueurs qui l’incarnent, chacun leur tour.

 

« Vivre, écrire ou jouer au poker, c’est pareil :

c’est  faire semblant de ne pas être mort… »

Alors soyez gentils, 

faites semblant de nous lire ?

 

DSCF6812Repas du midi et mise au point d’une stratégie à court terme avec Big Roger !

 

De la même manière que j’ai accompagné des footballeurs, des chanteurs ou des acteurs, en faisant passer leurs opinions et leur vision du monde, j’ai accompagné Big Roger 18 mois de 2015 à 2016. Quant à Roger, contrairement à ce que disent les radula* marseillaises, je ne me sers pas de lui. Et inversement. Il a doublé mon lectorat. Lui, s’est mieux fait comprendre.

Big Roger se devait d’avoir une tribune pour pouvoir véhiculer ses messages. Comme les jeunes champions français d’aujourd’hui. Comme Daniel Negreanu ou d’autres. Les idées de Roger, revisitées et rewritées par moi-même, sont une leçon de vie pour tous ceux qui n’ont pas envie de rater « l’ascenseur social du poker-détente ».

* Radula : Radula (n. f.) du latin radula, râpe, racloir : Langue munie de nombreuses dents chitineuses**, formant une râpe. La radula correspond à une langue que l’on retrouve dans la cavité buccale de nombreux mollusques…

** Chitineuse ne signifie pas que je m’adresse à Louloute, Bruno ou Nicolas… Ch’tis

 

Le portrait épistolaire.

.

barbara lunettesBrosser des portraits de femmes merveilleuses, telle Barbara n’est pas un travail ordinaire. A dire vrai, rien n’est ordinaire chez ces femmes du poker, mais cela n’a jamais été un « travail » d’esquisser leur portrait. C’est à chaque fois une révélation. De la femme, bien sûr, j’allais dire du modèle ! A propos du poker aussi, s’entend. Chrysalide qui devient mystère dès que l’assemblage de la femme avec son art-passion a « pris ». Cette alchimie enfin révélée donne the joueuse pro of poker. Ce qui m’a donné le privilège de saisir, ou peut être d’imaginer saisir au vol, leurs fragrances musquées mais délicates. De percevoir (ou d’imaginer ressentir?) l’infinie douceur mais la férocité latente, puis la tendresse cachée de l’impitoyable prédatrice.

.

.

maroc.

.

.

big sQuant aux hommes ? J’essaie de faire attention à qui je tends la plume ou le micro, car l’actualité finit toujours par les rattraper. C’est pourquoi je me méfie des joueurs qui ont l’air honnête…

J’ai toujours préféré la parole ou l’amitié d’un ancien voyou à celle d’un gérant de société cravaté… Paraissant nanti et fréquentant Las Vegas. Les modèles atypiques se suffisent à eux-mêmes. Les croquer devient un exercice de style passionnant.

 

jl philJ’espère un jour être prêt à jouer du crayon avec Phil Hellmuth. L’avenir nous le dira. Toujours est-il qu’il est plus simple de dessiner des montagnes abruptes comme Big Roger que de peindre de pauvres gosses lisses, imberbes et sans passé.
Quant à ces mômes du poker, si je peux me permettre, je dirai que leurs souvenirs ne pourraient m’intéresser… que dans quelques décennies !

.

 

Mon plaisir reste le même. Crapahuter de manière non exclusive sur les terres en friche du poker français, papillonnant autour des femmes, agaçant les joueurs les plus exécrables, virevoltant à côté des hommes ou butinant les sujets qui font chaque jour l’actualité du poker.
Ni résultats ni coverages, disponibles chez tous bons libraires. Je garderai ma façon d’écrire : style désuet, suranné, qui énerve les plus brillants et décourage les plus sots ! Ton badin mais acidulé, nous dirons toujours nos 4 vérités, (y compris celles qui dérangent), afin ne jamais usurper ma réputation qui était, à l’époque de la Force Tranquille***, d’être plus dangereux avec ma plume que d’aucuns avec leur Colt…
Janluk, agitateur depuis mai 1954,  continue de déranger l’ordre (non encore) établi du poker en France, en écrivant sur tous les sujets, même ceux qui fâchent dans l’actualité de notre passion. Malgré aussi sur les mafias, les clans, les différentes coteries, qui pensent représenter à eux seuls le poker hexagonal. Simple aparté pour les jeunes : le handicap de l’âge me donne un tout petit petit « edge » ! Car à l’époque ou les WPT et autres acronymes à coucher dehors étaient encore dans les burnes de leurs créateurs respectifs, nous jouiions déjà au poker fermé.

 

JLBROG

 

Humorialiste : Janluk est humorialiste, mot inventé : contraction d’humour et d’éditorialiste. En toute décontraction…
Novelliste : Roger est novelliste, mot inventé contractant novation et nouvelliste, (qui était autrefois un journaliste créateur de nouvelles).

 

*** Agence Roux, Séguéla, Caysac et Goudard.

 

P   I   S   T   O   L   E   T   T   R   E   S warhol-andy-pistolet-vers-1981-82-noir-et-rouge-sur-blancA   N   D  Y    W   A   H   R   I   O  L